UMR CNRS 6144
Génie des Procédés Environnement et Agroalimentaire
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
  • visuel-bandeau
GEnie des Procédés
Environnement - Agroalimentaire
GEPEA > Personnel > Catherine Dupré

Catherine Dupré

Ingénieur de Recherche CNRS

Catherine Dupré a intégré le CNRS en tant qu’ingénieure de recherche au sein du Laboratoire GEPEA UMR CNRS 6144 après avoir eu une carrière de Maître de Conférences au Conservatoire National des Arts et Métiers. Elle est titulaire d'un Doctorat en Océanographie Biologique de l'Université Pierre et Marie Curie (Paris VI) en 1993. Sa thèse porte sur une étude cinétique et physiologique de la production de phycoérythrine par une Rhodophycée unicellulaire. Elle a été responsable de la filière Génie des Productions Biologiques du Cnam –Intechmer à Cherbourg jusqu’en 2011, en assurant des enseignements dans les domaines liés à la physiologie cellulaire, la biologie des algues et les biotechnologies algales. Ses travaux ont conduit au dépôt et au transfert de deux brevets à des start-up, Alpha-Biotech et Acti’Alg. De 1993 à 2011, elle a géré un hall de Biotechnologies Algales associé à une banque de souches d’intérêt industriel Algobank-Cnam, des sessions de formation continue pour entreprises, de nombreux contrats industriels et le co-encadrement d’un doctorant sous contrat CIFRE. Elle a développé une expertise en termes de processus de biofloculation appliquée à la mise au point de bio-procédés et une expertise en termes de caractérisation de souches originales, dont certaines ont été transférées et sont actuellement utilisées dans des procédés industriels. Depuis son rattachement à l’axe Bioprocédés et Séparation en Milieu Marin du GEPEA en 2006, elle a co-encadré six thèses dans le domaine de recherche de la sélection de souches, de la maitrise de la qualité microbiologique en microalgoculture et de l’optimisation de conditions de production de biomasse et de métabolites. Elle est responsable pour le GEPEA et pour l’UMS AlgoSolis de la sélection, purification et gestion de souches de microalgues et cyanobactéries, impliquant des activités de criblage (automate Janus) associant des analyses cytologiques, physiologiques et biochimiques.